è molto goloso

Pâtisserie – Cuisine – Passions – Voyages – Enseignement

Marie BOURGEOIS : La Mère Bourgeois à Priay (01).

merebourgois2.jpg

Marie Bourgeois est née à Villette-sur-Ain. Elle s’installe avec son mari André à Priay dans l’Ain en 1920 (Pâté chaud, gratin de queues d’écrevisses, volailles de Bresse…).

En 1923, la « Mère Bourgeois » est la première courronnée par le club des Cent. En 1927 elle obtient le Premier Prix Culinaire à Paris.

En 1933, elle obtient, comme Eugénie Brazier, 3 étoiles au Guide Michelin.

Marie Bourgeois décède le 2 août 1937, sa fille Thérèse qui la seconde depuis 1929 lui succède, elle restera aux fourneaux jusqu’en 1951.

Trois étoiles de 1933 à 1936 soit 4 années au plus haut niveau.

8 commentaires »

  1. CHARLES GAILLOT dit :

    Réponse à Yves GAMBY
    Bonjour
    Je fais réponse à ton sympathique message .
    En ce qui me concerne , ma période était de septembre 1970 à 1974 . Nous étions une excellente équipe en cuisine :
    Alain Bertrand – Denis Bazin . Madame Marcelle Sévoz qui était devenue une Amie , gourmande pas possible avec les iles flottantes aux pralines et les fameux petits choux .
    C’était une époque formidable avec de très bons produits .Une qualité qui s’est perdue sur le temps……!
    N’hésite pas à me faire courriel .
    Bien à toi .
    Charles GAILLOT

  2. Yves Gamby dit :

    Bonjour,
    en faisant l’historique de mon parcours professionnel, je n’ai pas trouvé de trace de l’emploi d’été que j’avais fait en tant que commis de cuisine dans les années 70 avec Mr Berger. J’étais alors en vacances à Bublanne, je rentrais dormir chez mes parants, et me souvient avoir vécu une merveilleuse expérience et passée de très bons moments avec toute l’équipe qui y travaillait. Je me souviens aussi avoir longtemps hésité à poursuivre pour y apprendre le métier en apprentissage. Il me semble que le prénom de Charles me rappelle une personne et je pense que ça doit être toi qui secondait Mr Berger.
    Tu as peut-être meilleure mémoire que moi ? saurais tu me dire en qu’elle année c’était et si tu as plus de détails ou d’anecdotes qui te reviennent n’hésite pas à me joindre.
    Bien Cordialement
    Yves Gamby

  3. pierre piller dit :

    J’abonde dans le sens de la demande de Carre et donne, si le modérateur laisse passer, une adresse courriel pour recevoir toute information à ce sujet, restaurant qui le ferait encore, recettes publiées etc etc
    Merci d’avance
    pierre.piller@sunrise.ch

  4. Carre dit :

    amateurs de ces recettes authentiques, je aimerais savoir si elles ont elles été éditées ou si elles peuvent être transmises ?

  5. pierre piller dit :

    Heureux êtes-vous d’en profiter..
    Pour vous mettre l’eau à la bouche, on était une équipe dans les années 70 et on faisait samedi midi la Mère Yvonne à Châtillon s/Ain, ensuite on prenait à l’Hostellerie Bourguignonne de Verdun s/Doubs nos quartiers et on allait en soirée à un chapitre au Clos Vougeot. Le lendemain à midi, la mère Bourgeois à Priay ou officiait le coupe Berger, on était jeunes et solides, que du bonheur et jamais de pépins de transport. Maintenant, à presque 67 ans, c’est différent mais j’aimais ces tables où on allait pour un menu bien précis, souvenirs des petits haricots verts, fond d’artichaut et foie gras mais le pâté chaud, j’en rêve encore…
    Pierre Piller

  6. Clerget dit :

    MA MERE EST ENCORE DE CE MONDE MA SOEUR ET MON FRERE AUSSI .ILS CUISINENT ENCORE LES RECETTES DE MON ARRIERE GRAND MERE LA DITE MERE BOURGEOIS.

  7. pierre piller dit :

    Bonjour,
    Je rêve de déguster à nouveau ce dont M. Berger nous a régalé à l’époque et que M. Charles Gaillot décrit si bien. Comme survivant à cuisiner la Mère Bourgeois, c’est en amateur éclairé ou en professionnel chez lequel je pourrais me rendre?
    Merci de votre réponse
    Pierre PILLER (5.4.1950)
    1261 Marchissy / Suisse

  8. GAILLOT CHARLES dit :

    C’est avec une certaine grande tristesse que je viens de lire la fermeture de La Mère Bourgeois à Priay dans l’Ain . Pensez-donc , j’ai fait mon apprentissage + 1 An en qualification avec le Chef Georges BERGER de 1970 à 1974 avec le CAP de cuisine en poche . J’ai 61 ans et je cuisine encore la Mère Bourgeois : le pâté chaud sauce au truffes , les haricots verts , la poularde aux morilles ,le turban de sole sauce carmélite , l’ile flottante aux pralines et les fameux petits choux au caramel blond . Ce samedi 1er octobre 2016 , mes invités de marques vont déguster les Petits Choux . Quel dommage ! Je pense être un dernier survivant à cuisiner réellement La Mère BOURGEOIS ….!
    Bien cordialement .
    Charles GAILLOT .

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

saissacaubergedulacsaint-pi... | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitchen Circus